Homéostasie


Odile Decq "Homeostasie / Homeostasis" © galerie Polaris

Odile Decq « Homeostasie / Homeostasis » © galerie Polaris

 

L’homéostasie,

Mise en évidence dès le 19 ème siècle par le biologiste Claude Bernard qui en a défini le concept, l’homéostasie est la capacité d’un système, qu’il soit ouvert ou fermé, à conserver son équilibre et son fonctionnement, malgré les contraintes extérieures.
Claude Bernard la définissait comme la constance intérieure d’un système.
Pour Walter Canon, physiologiste américain, «l’homéostasie est l’équilibre dynamique qui nous maintient en vie ».

Un certain nombre de paramètres physico-chimiques caractérisant l’état de notre corps se doivent de rester approximativement constants. Leur variation habituelle se situe entre deux limites, inférieure et supérieure (valeurs de références) qui définissent la zone dite de viabilité, car elle nous permet de rester en vie.
Lorsque qu’une variation trop importante va au delà de ces deux limites, c’est un signe de dysfonctionnement.

Nous connaissons bien certains de ces paramètres physico-chimiques, glycémie, température, taux de sucre et sel, rythme cardiaque, tension, etc.
Si par exemple le taux de sucre est insuffisant, il y a danger d’inanition. Si il est trop élevé, risque de diabète.

Pour assurer la constance du milieu intérieur plusieurs types de mécanismes sont nécessaires à la régulation :

  • des mécanismes capables de mesurer la valeur actuelle du paramètre
  • des mécanismes capables de mémoriser la valeur de référence à respecter
  • des mécanismes capables de mesurer l’écart entre ces deux valeurs
  • des mécanismes capables de réduire cet écart. homeostasie

Dans le cas du taux de sucre, quand il est trop élevé et sort de sa zone de viabilité, la production de l’hormone insuline abaisse.

le taux, tandis que la production de glucagon l’augmente quand il est trop bas, afin qu’il revienne dans sa zone de référence.
Le maintien du paramètre dans cette zone se fait grâce à la présence de ces processus opposés.
La présence simultanée de ces deux processus de régulation est primordiale pour le maintien de l’état de santé et d’équilibre.
Ce phénomène d’adaptation et de régulation est un phénomène dynamique. L’ajustement se fait en permanence.

Les dysfonctionnements apparaissent lorsque ces mécanismes de régulation ne s’appliquent pas correctement.

Pour le cerveau et le système nerveux, les deux processus opposés sont l’excitation et l’inhibition, une bonne régulation pour un équilibre entre les neurones excitateurs et les neurones inhibiteurs est nécessaire.
Le système nerveux communicant avec tous les autres systèmes (hormonal, cardiaque, digestif, immunitaire…), il y a une interaction.
Un système qui commence à se dérégler, peut entraîner le mauvais fonctionnement des autres systèmes, initiant le cercle vicieux.
A l’inverse, un système qui se régule bien, fonctionne mieux, et va inciter, grâce aux échanges qui existent entre eux, les autres systèmes à se réguler à leur tour, initiant le cercle vertueux.
Le neurofeedback NeurOptimal®. favorise cette auto-régulation.


Copyright 2014 / Luci Sogorb